Cher Journal Poétique...

02 février 2014

Une vie d'émotions

De quatre pattes à trois il y a toute une vie qui défile...
Du refus à l'envie,
De la joie à la peine,
De l'amour à la haine...

Une vie passe par tous les sentiments existants
L'envie de manger à peine vu le jour,
Le refus d'obéir une fois devenu grand,
La joie de réussir sa vie,
La peine de perdre un être cher,
L'amour envers l'autre,
La haine envers ses ennemis...

Les émotions sont si nombreuses,
Il est impossible de toutes les citer.
Les émotions sont si diverses,
Il est impossible de toutes les exemplifier.

Un poème se mesurerait en distance kilométrique
Mais l'essentiel se dit en quelques mots:

Nous vivons une vie d'émotions...

Posté par Cynthia_V à 22:00 - Commentaires [0] - Permalien [#]


Paris

Ville d'Amour
Ville de Lumière
Ville de Musique

Paris est à elle seule une Musique d'Amour qui éclaire les coeurs.

Des mètres et des kilomètres,
À pied, sous terre et sur les rails,
Pour vivre des moments riches en émotions....

Les yeux écarquillés, le sourire aux lèvres, les larmes aux yeux...
Les émotions de Paris sont telles
Que l'on voudrait arrêter le temps un court instant
Voire toute une vie...
Pour vivre intensément les battements du coeur de cette ville,
Et surtout sentir ses battements au rythme des Musiques de Montmartre
Qui frémissent, qui scintillent, comme la lueur d'un sourire...

Posté par Cynthia_V à 22:32 - Commentaires [0] - Permalien [#]

Montmartre

Quoi de mieux que Montmartre
pour trouver de la Musique
À chaque coin de rue?
Regardez ses terrasses, écoutez ses notes...
La Musique côtoie l'art visuel,
Et s'y mêle à la perfection...
Flânez dans ses rues,
Montez ses marches,
Marchez sur ses pavés...
Suivez le guide qui est la Musique,
Suivez la note qui vous inspire;
Celle qui vous accompagnera
Le temps d'une bière ou d'un café...

Au piano-bar, l'Artiste est là;
Il vous attend l'air de rien,
Mais bien décidé à vous transporter
Au plus profond de Montmartre.
L'Histoire du quartier est présentée ici,
Dans ce piano-bar avec des classiques,
De Brel à la Môme, de Brassens à Gainsbourg...
Des écarts internationaux font preuve d'éclectisme,
Pour montrer que Montmartre c'est la Musique,
Et non seulement la variété française.
Tous les registres se côtoient,
Comme un piano peut côtoyer un autre instrument:
Une guitare, un violoncelle, un accordéon...

Posté par Cynthia_V à 22:34 - Commentaires [0] - Permalien [#]

Les inconditionnels

Une note au piano ou à la guitare,
La voix qui suit de près,
Et c'est le coup de coeur qui s'enchaîne...

Le spectateur inconnu va vite devenir un inconditionnel...

Un inconditionnel d'une chanson
Un inconditionnel d'une Musique
Un inconditionnel d'un Artiste...

Toujours là au bon moment
Toujours là pour apporter son soutien
Toujours là pour aider l'Artiste découvert...

De chanson en chanson,
De concert en concert;
Les relations s'accentuent,
Les liens se renforcent
Et opère une magie musicale et artistique,
Mais surtout une magie humaine...

La complicité s'installe,
Et la magie n'opère plus seulement à travers la Musique,
Mais à travers des regards... et des sourires...

Posté par Cynthia_V à 22:35 - Commentaires [0] - Permalien [#]

Que pouvons-nous faire?

L'impuissance se fait sentir,
Que pouvons-nous faire
Pour ceux qui n'font que souffrir?
Que pouvons-nous faire?
 
Chaque minute, chaque seconde,
Toutes nos pensées vont vers ces malheureux,
Ces malheureux du bout du monde
Qui ne demandent qu'à être heureux.
 
Leur vie a été détruite
Par cette foutue terre
Qui s'est mise à trembler.
Leur vie a été détruite
En perdant leur mère
Et toute leur maisonnée.
Leur vie a été détruite
En perdant leurs frères,
Les plongeant dans la plus profonde pauvreté
 
La douleur se fait sentir,
Que pouvons-nous faire
Pour leur donner le sourire?
Que pouvons-nous faire?
 
Un don d'amour, un don de vie,
Nos cœurs sont tournés vers eux,
Vers ceux qui cherchent un abri
Oubliant la nuit mais pas l'ciel bleu.
 


Février 2010 suite au séisme en Haïti

Posté par Cynthia_V à 22:40 - Commentaires [0] - Permalien [#]


Sans-Valentin

Journée des amoureux, la St Valentin fait leur bonheur mais non seulement...
Elle fait aussi le bonheur de milliers de commerçants.
Alors à quoi sert la St Valentin?
À rien...

Les sentiments sont présents au quotidien dans le coeur des gens qui s'aiment...
Pas un jour en particulier...
Alors à quoi sert la St Valentin?
Encore à rien...

Parler constamment des amoureux renforce le mal-être des oubliés de Cupidon...
Mais cela peut aussi les faire sourire...
Alors à quoi sert la St Valentin?
Encore et toujours à rien...

Mais surtout à fêter la Sans Valentin...

Parole d'une oubliée de Cupidon...
Ou d'une victime de mauvaises flèches...

Posté par Cynthia_V à 22:48 - Commentaires [0] - Permalien [#]

Feu d'artilettres

Petite entrave au thème du blog, voici une nouvelle écrite à partir de quelques images du jeu "Dixit".

 

     C’était un beau jour d’été. Le soleil brillait et ses rayons se reflétaient sur les pétales des tournesols tournés vers lui. L’épouvantail, perché au milieu du champ, semblait souffrir de cette chaleur accablante.

     À quelques pas de là, la jeune Lee-Ann, adolescente aux cheveux noirs très fins et aux boucles d’oreilles en forme de petites poupées, était allongée dans le champ de blé. Comme chaque jour ensoleillé comme celui-ci, malgré la chaleur, elle s’installait à l’ombre d’une botte de paille pour lire son roman préféré. Mais ce jour-là n’était pas comme les autres. Lorsqu’elle ouvrit son livre à partir d’un coquelicot en guise de marque-page, quelle ne fut pas sa surprise de constater que celui-ci était vide. Les pages étaient blanches. Aucun mot, aucune lettre n’étaient inscrits dans le livre. Prise d’une angoisse soudaine, la jeune fille rentra à toute allure chez elle, alla chercher un autre livre. Elle manqua plusieurs fois de renverser les meubles et leurs contenus,  par sa vitesse. Arrivée dans sa chambre, elle se saisit du précédent tome du roman qu’elle lisait actuellement. Mais celui-ci était identique, nu de toute écriture.

     Alerté par le bruit qu’avait fait la jeune fille, son frère sortit de sa chambre d’un air inquiet. Il avait un courrier à la main. Il se demandait ce qui se passait, et c’est en voyant les deux livres vides de sa sœur qu’il prêta une attention particulière à son courrier. Il s’agissait d’une feuille blanche. Paniqué lui aussi, il retourna la feuille et découvrit un dessin. Celui-ci n’était pas très représentatif mais ressemblait fortement à un ensemble de livres, une bibliothèque. Les deux adolescents se regardèrent, et sans réfléchir se dirigèrent à toute vitesse vers le grenier où étaient stockés les vieux livres de leur défunt grand-père.

     Arrivés dans le grenier, le jeune garçon appuya sur l’interrupteur, mais l’ampoule ne s’alluma pas malgré son insistance. Cependant c’est au fond de la pièce que surgit une lumière vive dans les tons orange et rouge. Surpris par cette lumière digne d’une flamme olympique, les deux adolescents se dirigèrent vers elle. Tel le tourbillon d’un ouragan, ils furent emportés et tombèrent dans le vide. Après une longue chute vertigineuse ils atterrirent au beau milieu d’un champ.

     Il faisait nuit, tout était noir autour d’eux, ils ne voyaient rien du tout. Soudain une nouvelle lumière au loin, comme une luciole mais de plus grande envergure, attira leur attention. Elle semblait montrer la présence d’une personne. En effet, en s‘approchant, ils aperçurent, de dos, un vieil homme qui était assis sur un banc, ressemblant étrangement à leur grand-père. Il tenait un journal ouvert qu’il semblait lire. Immobile, il fixait du regard les pages du journal. Elles étaient blanches.

     Il faisait nuit mais les étoiles peinaient à arriver, quand soudain la luciole bondit vers le ciel et éclata tel un feu d’artifice. L’homme leva les yeux pour voir ce spectacle magnifique.

     Les étincelles du feu d’artifice ont laissé place dans le ciel à des lettres lumineuses.

Posté par Cynthia_V à 23:59 - Commentaires [0] - Permalien [#]

03 février 2014

Ne me demandez pas comment je suis arrivée là...

Autre petit travail d'atelier, parler au nom d'un sans-abri.

 

     Ne me demandez pas comment je suis arrivée là, je ne sais pas. C’est certainement la misère qui m’a amenée ici, ou la crise tout simplement. On parle toujours de crise ici et j’en suis victime.

     Ne me demandez pas comment je suis arrivée là, je ne sais pas. Je me rappelle de ces jours d’été à me promener dans les jolis parcs fleuris de Paris. De ces jours d’été à manger des glaces, assise sur un banc, et à profiter pleinement de la vie. J’y pense toujours à ces moments-là. Oui j’y pense, car je ne peux plus vivre cela maintenant. Finis les bons repas, les petits plaisirs.

     Ne me demandez pas comment je suis arrivée là, je ne sais pas. Je me retrouve à faire la manche dans les rames de métro. On me bouscule, on m’ignore. Les hommes en costard-cravate n’ont jamais d’argent sur eux pour me donner quelques pièces. Mon œil ! Je parie qu’ils ont tellement d’argent qu’ils doivent ouvrir plusieurs comptes courants et même un gros caché en Suisse ! Ils se fichent de nous, et nous ne sommes pas dupes. Mais on ne dit rien, on préfère ne pas rétorquer pour éviter les embrouilles, surtout que nous sommes en minorité... sociale.

     Ne me demandez pas comment je suis arrivée là, je ne sais pas. On a voulu m’aider et je me retrouve dans cette prison de CHRS. Pas le droit de faire ci, pas le droit de faire ça. Les interdictions à n’en plus finir ça ne m’aide pas. D’après les éducateurs ne pas suivre leurs conseils serait d’avancer vers l’échec, ces règles sont tellement contraignantes que pour moi elles m’aident plutôt à retrouver la liberté : retourner à la rue ! Ces hauts murs de ferraille, ce haut rideau de fer, c’est une torture ! Je ne vis plus !

     Ne me demandez comment je suis arrivée là, je ne sais pas. D’autres personnes ont voulu m’aider, le destin a fait qu’ils sont venus à ma rencontre dans le quartier. Ils étaient nombreux et tous différents, de tous âges. Petits ou grands, hommes ou femmes, maigres ou bien portants, blancs, noirs et métisses. Mais tous avec une seule envie commune, aider les personnes comme moi, dans la misère, leur redonner le sourire et l’envie de vivre.

     Voilà donc comment je suis arrivée là.

Posté par Cynthia_V à 00:08 - Commentaires [0] - Permalien [#]

24 février 2014

L'amour...

Une main,
Deux mains qui se serrent...
Un regard,
Deux regards qui se font face...

Un sourire,
Deux sourires...


Un visage,
Deux visages qui se rapprochent...
Une bouche,
Deux bouches qui se frôlent...

Un baiser,
Deux baisers...


Un mois,
Deux mois qui font du bien...
Quatre mois,
Six mois qui font du mal...

Une larme...
Des sanglots...

Posté par Cynthia_V à 23:45 - Commentaires [0] - Permalien [#]

03 avril 2014

Un coeur en boule...

Regarde cette boule de papier,
En la dépliant on voit apparaître un coeur...
Mais tu vois, le papier est si froissé
Qu'il est impossible de l'avoir sans pliure...
Eh ben c'est comme mon propre coeur...
Froissé par une blessure,
Il n'arrive pas à être parfait pour plaire à nouveau...

Posté par Cynthia_V à 18:43 - Commentaires [0] - Permalien [#]